J’échange du fumier pour du digestat

Toutes les actualités
image 1 digestat
Ce qui me motive à faire un échange fumier/digestat, c’est une meilleure utilisation de l’azote organique.
Avant tous les fumiers allaient au maïs, maintenant je peux fertiliser d’autres cultures avec le digestat. Cette année, j’en ai épandu pour le colza et sur du blé fin février. Ça a bien fonctionné, j’ai économisé de l’engrais. J’en ai aussi apporté à du maïs. Contrairement au fumier qui doit être épandu au moins 2 mois avant le semis, le digestat est enfoui juste avant le semis. Il va être plus efficace pour les maïs venant après une dérobée fourragère récoltée fin avril.
Témoignage de Hervé LANOE du GAEC LANOE à Saint Brandan (22)

Atelier : Méthanisation, une chance à saisir pour l’agriculture, un rôle à jouer pour les cuma

photo 2 digestat

Photo fumier
Chaque semaine, l’exploitant de l’unité de méthanisation vient prendre une remorque (13 tonnes) de fumier frais issu du raclage de la stabulation des vaches.
 
Photo fosse de digestat
Je récupère une quantité d’azote équivalente sous forme de digestat. L’épandage est fait par notre CUMA (CUMA du Gouet). Il  est en grande partie pris en charge par l’unité de méthanisation.

Rendez-vous au Salon aux champs
les 18 et 19 septembre prochains à Broons Sévignac
en Bretagne dans les Côtes d'Armor


Retrouvez le programme de l'événement ici

Toutes les actualités